Prendre soin de soi pour mieux accueillir l’autre

Travail de longue haleine et sou­vent négligé, pren­dre soin de soi est une condi­tion néces­saire à une vie plus équilibrée et har­mo­nieuse sur le plan per­son­nel et rela­tion­nel.

 
En ce début d’année, prendre soin de soi paraît presque incongru tant nous sommes replongés dans les affaires et la vie trépidante de notre société moderne. L’hiver nous paralyse. « Ce n’est pas la meilleure saison pour prendre soin de moi, on verra plus tard », dites-vous. Et pourtant, c’est essentiel. Tous les jours je peux prendre soin de moi simplement. Consultante en développement personnel et professionnel, Gaël Tavernier nous aide à en prendre conscience et donne des idées concrètes pour cultiver son jardin intérieur et extérieur.


Rétablir la santé, guérir, c’est le pre­mier sens du mot soi­gner qui nous vient à l’esprit. Mais ce terme n’a pas qu’une conno­ta­tion médicale. Il signi­fie aussi s’occu­per de..., veiller au bien être et à la santé de... Dans le lan­gage cou­rant des per­son­nes qui s’occu­pent des ani­maux, il veut dire nour­rir, panser (du latin pen­sare, penser), penser au quo­ti­dien à faire le néces­saire pour le bien être de l’animal. Quant à l’expres­sion "pren­dre soin de soi", elle peut s’enten­dre dans des domai­nes très différents : l’appa­rence ves­ti­men­taire ou phy­si­que, l’ali­men­ta­tion, pren­dre soin de son équi­li­bre, de son corps, de son cœur affec­tif... Cette notion impli­que d’être à l’écoute de ses besoins phy­si­ques, psy­chi­ques et affec­tifs. 

De nombreux freins 

Pourtant, il est dif­fi­cile de pren­dre soin de soi, et cela pour plu­sieurs rai­sons. « La première tient au fait qu’humai­ne­ment nous arri­vons par­fois à un vide que l’on cher­che par tous les moyens à com­bler. Une fuite en avant qui nous empêche de nous poser des ques­tions essen­tiel­les sur nous. Nous avons égale­ment ten­dance à cher­cher la reconnais­sance d’autrui qui ne peut être que tem­po­raire et donc source de frus­tra­tions », expli­que Gaël. De plus, « cette atti­tude n’est pas dans l’air du temps et le dis­cours ambiant per­vers ne nous aide pas. Notre culture véhicule l’idée qu’il faut souf­frir pour mériter le repos, le bien-être. On a du mal à s’auto­ri­ser ce genre de chose. Un com­por­te­ment lié à la fâcheuse ten­dance à négliger l’être humain et ce, dès le plus jeune âge ».

D’autres freins comme l’argent peu­vent nous ralen­tir. Or, nous pou­vons pren­dre soin de nous sans dépenser for­tune ou même un seul cen­time. Par exem­ple, en se préparant un gom­mage avec de l’huile et du sel. « Ce n’est pas l’Oréal qui me rend beau ! » aime à dire Gaël, notam­ment à ses filles. Cela demande juste de faire appel à son intel­li­gence, d’en parler autour de nous, de faire des recher­ches sur Internet... Loin d’être une démarche égoïste, pren­dre soin de soi c’est appren­dre à se res­pec­ter.

Les conditions nécessaires

Pour pren­dre soin de soi il est bon de se poser régulièrement, de faire le point. Qu’est-ce que je veux dans ma vie ? Quelles sont mes prio­rités ? Gaël par­tage que pour son équi­li­bre per­son­nel elle ne peut pas tra­vailler le lundi sinon « sa tête est confuse, son cœur fatigué, sa famille va mal ». Pour pro­fi­ter plei­ne­ment du wee­kend en famille et préparer la semaine, elle s’orga­nise pour faire son ménage le lundi matin et s’occu­per de son corps l’après-midi. « L’effi­ca­cité ne consiste pas à courir mais à se régénérer sou­vent », sou­li­gne-t-elle. Faire des listes, un plan­ning, son budget permet de se rendre compte des inves­tis­se­ments que l’on fait dans sa vie : quelle place je donne à mon couple, ma famille, mon tra­vail, mes finan­ces, ma sexua­lité... ? Sans perdre de vue que le pre­mier inves­tis­se­ment dans la vie, c’est soi.

Il s’agit égale­ment d’iden­ti­fier ce qui nous fait du mal et sur­tout ce qui nous fait du bien, ce qui nous nour­rit. « En ce moment, la musi­que des Enfoirés ou les émis­sions du pédopsy­chia­tre Marcel Rufo me font du bien, alors je les écoute en boucle. Par contre, lors­que je regarde les infor­ma­tions ou que je lis l’horo­scope, cela peut me gâcher la journée, alors j’évite ». Chaque jour, nos oreilles et nos yeux reçoivent une quan­tité énorme d’infor­ma­tions. En pren­dre soin nous aide rester dans une bonne dyna­mi­que.

Habiter son corps

Écouter, habi­ter, pren­dre cons­cience de son corps et de ses cinq sens est aussi très impor­tant. C’est la clé de tout. Et commençons par bien manger et bien dormir. Le corps n’est pas qu’une enve­loppe esthétique. Pour appren­dre à l’aimer chacun peut faire quel­ques exer­ci­ces dès le réveil. « Pour m’aider au réveil je pose mes pieds sur le sol et je prend cons­cience de mes dix orteils. Je res­pire pro­fondément. Je prend le temps de réveiller mon visage à l’eau fraîche. Et je me demande ce qui me ferait du bien à ce moment-là. Cela ne sert à rien de faire les choses par auto­ma­tisme ». Se débar­ras­ser des choses inu­ti­les et des gestes auto­ma­ti­ques nous rend plus léger et plus libre. 

Vivre au rythme de la nature

Prendre soin de soi passe par le dévelop­pe­ment d’une vie rythmée sur les sai­sons et la course du soleil. Pour Gaël, il va de soi « qu’en hiver, il faut accep­ter d’hiber­ner, de se cou­cher plus tôt, d’être malade, de moins sortir... pour se réjouir ensuite de la venue du prin­temps ». Respecter la nature, c’est aussi appren­dre à vivre avec ses cycles féminin et mas­cu­lin. « Pendant mes règles, j’ai mis en place des rituels très impor­tants comme ne pas boire d’alcool, obser­ver ce dont j’ai besoin et à quel moment, noter chaque jour com­ment je me sens et arrêter d’être en guerre contre moi ».

Être bien avec soi pour être bien avec les autres

« On ne peut pas courir si l’on n’a pas pris soin de ses jambes », disait avec humour sœur Emmanuelle. J’ajou­te­rai que l’on ne peut pas être bien dans la rela­tion avec l’autre si l’on n’est pas bien dans sa tête et son corps. Le pre­mier cadeau que l’on puisse faire à l’autre est de pren­dre soin de soi. Et s’il arrive que l’on se dis­pute il est impor­tant de ne pas se lais­ser aller, au contraire il fau­drait pren­dre encore plus soin de soi. « Ce que j’essaye de faire lors­que je res­sens des ten­sions, c’est de quit­ter l’endroit où je me trouve quand je suis tentée de dire quel­que chose d’inu­tile », témoigne Gaël. Parfois nous pou­vons égale­ment nous sentir agressés par l’autre. Dans ce cas, un petit exer­cice de visua­li­sa­tion consiste à se mettre men­ta­le­ment sous une cloche pour être à l’abri de toute atta­que.

Pour pren­dre soin de soi, bien d’autres points pour­raient être appro­fon­dis : écouter son intui­tion, appren­dre à dire non, aigui­ser sa patience, faire silence pour "enten­dre" ses besoins. Des plus indis­pen­sa­bles sur les­quels Gaël fait tra­vailler les per­son­nes. « Je fais du dévelop­pe­ment inépui­sa­ble et global !  » conclut-elle. En effet, pren­dre soin de soi est un tra­vail de longue haleine, c’est le tra­vail de toute une vie. Il n’est donc jamais trop tard pour s’y mettre.

Emilie Tevane

Pour aller plus loin

  • En dévelop­pe­ment per­son­nel et pro­fes­sion­nel avec Gaël Tavernier, joi­gna­ble au 06 37 10 11 59 ou par mail à id-ose@­wa­na­doo.fr

  • De manière plus ludi­que : le manga Body and Soul d’Erica Sakurazawa et du Dr. Takumi Terakado. 
    Guide du bien-être cor­po­rel en manga avec en toile de fond une his­toire d’amour éton­nante et sen­si­ble. Le récit s’ins­pire des réflexions d’un médecin ostéopathe et chi­ro­pra­ti­cien. Chaque cha­pi­tre est précédé d’un petit arti­cle du doc­teur. Il s’atta­que aux problèmes de migraine ou de règles dou­lou­reuse, aide les per­son­nes à mieux com­pren­dre les mes­sa­ges que leur corps leur adresse au quo­ti­dien.

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez par mail les dernières nouvelles



votre e-mail
Agence de relooking, coaching de vie et conseil en image personnelle et professionnelle. Formation à la communication non verbale, conseil en colorimétrie, analyse de morphologie et accompagnement au shopping. Exprimer le meilleur de sa personnalité, le bien être de se retrouver soi même - Image Attitude à Lyon en Rhône Alpes - 54 avenue du 8 mai 1945 - 69160 TASSIN LA DEMI LUNE