Prendre soin de soi pour mieux accueillir l’autre

 
En ce début d’année, prendre soin de soi paraît presque incongru tant nous sommes replongés dans les affaires et la vie trépidante de notre société moderne. L’hiver nous paralyse. « Ce n’est pas la meilleure saison pour prendre soin de moi, on verra plus tard », dites-vous. Et pourtant, c’est essentiel. Tous les jours je peux prendre soin de moi simplement. Consultante en développement personnel et professionnel, Gaël Tavernier nous aide à en prendre conscience et donne des idées concrètes pour cultiver son jardin intérieur et extérieur.

Rétablir la santé, guérir, c’est le premier sens du mot soigner qui nous vient à l’esprit. Mais ce terme n’a pas qu’une connotation médicale. Il signifie aussi s’occuper de..., veiller au bien être et à la santé de... Dans le langage courant des personnes qui s’occupent des animaux, il veut dire nourrir, panser (du latin pensare, penser), penser au quotidien à faire le nécessaire pour le bien être de l’animal. Quant à l’expression "prendre soin de soi", elle peut s’entendre dans des domaines très différents : l’apparence vestimentaire ou physique, l’alimentation, prendre soin de son équilibre, de son corps, de son cœur affectif... Cette notion implique d’être à l’écoute de ses besoins physiques, psychiques et affectifs. 

De nombreux freins 

Pourtant, il est difficile de prendre soin de soi, et cela pour plusieurs raisons. « La première tient au fait qu’humainement nous arrivons parfois à un vide que l’on cherche par tous les moyens à combler. Une fuite en avant qui nous empêche de nous poser des questions essentielles sur nous. Nous avons également tendance à chercher la reconnaissance d’autrui qui ne peut être que temporaire et donc source de frustrations », explique Gaël. De plus, « cette attitude n’est pas dans l’air du temps et le discours ambiant pervers ne nous aide pas. Notre culture véhicule l’idée qu’il faut souffrir pour mériter le repos, le bien-être. On a du mal à s’autoriser ce genre de chose. Un comportement lié à la fâcheuse tendance à négliger l’être humain et ce, dès le plus jeune âge ».

D’autres freins comme l’argent peuvent nous ralentir. Or, nous pouvons prendre soin de nous sans dépenser fortune ou même un seul centime. Par exemple, en se préparant un gommage avec de l’huile et du sel. « Ce n’est pas l’Oréal qui me rend beau ! » aime à dire Gaël, notamment à ses filles. Cela demande juste de faire appel à son intelligence, d’en parler autour de nous, de faire des recherches sur Internet... Loin d’être une démarche égoïste, prendre soin de soi c’est apprendre à se respecter.

Les conditions nécessaires

Pour prendre soin de soi il est bon de se poser régulièrement, de faire le point. Qu’est-ce que je veux dans ma vie ? Quelles sont mes priorités ? Gaël partage que pour son équilibre personnel elle ne peut pas travailler le lundi sinon « sa tête est confuse, son cœur fatigué, sa famille va mal ». Pour profiter pleinement du weekend en famille et préparer la semaine, elle s’organise pour faire son ménage le lundi matin et s’occuper de son corps l’après-midi. « L’efficacité ne consiste pas à courir mais à se régénérer souvent », souligne-t-elle. Faire des listes, un planning, son budget permet de se rendre compte des investissements que l’on fait dans sa vie : quelle place je donne à mon couple, ma famille, mon travail, mes finances, ma sexualité... ? Sans perdre de vue que le premier investissement dans la vie, c’est soi.

Il s’agit également d’identifier ce qui nous fait du mal et surtout ce qui nous fait du bien, ce qui nous nourrit. « En ce moment, la musique des Enfoirés ou les émissions du pédopsychiatre Marcel Rufo me font du bien, alors je les écoute en boucle. Par contre, lorsque je regarde les informations ou que je lis l’horoscope, cela peut me gâcher la journée, alors j’évite ». Chaque jour, nos oreilles et nos yeux reçoivent une quantité énorme d’informations. En prendre soin nous aide rester dans une bonne dynamique.

Habiter son corps

Écouter, habiter, prendre conscience de son corps et de ses cinq sens est aussi très important. C’est la clé de tout. Et commençons par bien manger et bien dormir. Le corps n’est pas qu’une enveloppe esthétique. Pour apprendre à l’aimer chacun peut faire quelques exercices dès le réveil. « Pour m’aider au réveil je pose mes pieds sur le sol et je prend conscience de mes dix orteils. Je respire profondément. Je prend le temps de réveiller mon visage à l’eau fraîche. Et je me demande ce qui me ferait du bien à ce moment-là. Cela ne sert à rien de faire les choses par automatisme ». Se débarrasser des choses inutiles et des gestes automatiques nous rend plus léger et plus libre. 

Vivre au rythme de la nature

Prendre soin de soi passe par le développement d’une vie rythmée sur les saisons et la course du soleil. Pour Gaël, il va de soi « qu’en hiver, il faut accepter d’hiberner, de se coucher plus tôt, d’être malade, de moins sortir... pour se réjouir ensuite de la venue du printemps ». Respecter la nature, c’est aussi apprendre à vivre avec ses cycles féminin et masculin. « Pendant mes règles, j’ai mis en place des rituels très importants comme ne pas boire d’alcool, observer ce dont j’ai besoin et à quel moment, noter chaque jour comment je me sens et arrêter d’être en guerre contre moi ».

Être bien avec soi pour être bien avec les autres

« On ne peut pas courir si l’on n’a pas pris soin de ses jambes », disait avec humour sœur Emmanuelle. J’ajouterai que l’on ne peut pas être bien dans la relation avec l’autre si l’on n’est pas bien dans sa tête et son corps. Le premier cadeau que l’on puisse faire à l’autre est de prendre soin de soi. Et s’il arrive que l’on se dispute il est important de ne pas se laisser aller, au contraire il faudrait prendre encore plus soin de soi. « Ce que j’essaye de faire lorsque je ressens des tensions, c’est de quitter l’endroit où je me trouve quand je suis tentée de dire quelque chose d’inutile », témoigne Gaël. Parfois nous pouvons également nous sentir agressés par l’autre. Dans ce cas, un petit exercice de visualisation consiste à se mettre mentalement sous une cloche pour être à l’abri de toute attaque.

Pour prendre soin de soi, bien d’autres points pourraient être approfondis : écouter son intuition, apprendre à dire non, aiguiser sa patience, faire silence pour "entendre" ses besoins. Des plus indispensables sur lesquels Gaël fait travailler les personnes. « Je fais du développement inépuisable et global !  » conclut-elle. En effet, prendre soin de soi est un travail de longue haleine, c’est le travail de toute une vie. Il n’est donc jamais trop tard pour s’y mettre.

Emilie Tevane

Pour aller plus loin

  • En développement personnel et professionnel avec Gaël Tavernier, joignable au 06 37 10 11 59 ou par mail à id-ose@wanadoo.fr

  • De manière plus ludique : le manga Body and Soul d’Erica Sakurazawa et du Dr. Takumi Terakado. 
    Guide du bien-être corporel en manga avec en toile de fond une histoire d’amour étonnante et sensible. Le récit s’inspire des réflexions d’un médecin ostéopathe et chiropraticien. Chaque chapitre est précédé d’un petit article du docteur. Il s’attaque aux problèmes de migraine ou de règles douloureuse, aide les personnes à mieux comprendre les messages que leur corps leur adresse au quotidien.